Consultation populaire sur le CETA au parlement bruxellois

 

Habitez-vous dans un dex 19 communes de Bruxelles? Signez ici la demande pour une consultation populaire sur le CETA au parlement bruxellois!

 

Collectionner des signatures

Connaissez-vous des gens qui peuvent signer (et donc qui habitent dans une commune bruxelloise?). Vous pouvez télécharger le formulaire ici et le faire signer. Peu importe si vous n’en avez pas beaucoup, même quatre ou cinq de beaucoup de monde peuvent faire la différence pour nous. Attention: Il faut que les données soient lisibles… Envoyez les formulaires signés à pkristien[at]yahoo.fr.

 

Signez avec eID

Télégarchez ce formulaire. Veuillez remplir toutes les cases et ensuite placer votre signature électronique.

Signez-vous pour la première fois avec un lecteur eID? Suivez les demarches ci-dessous!

1. Mettez votre carte d’identité dans le lecteur eID.
2. Ouvrez le formulaire avec Adobe Acrobat Reader.
3. Remplissez toutes les cases et cliquez ensuite sur la case de signature.
4. Cherchez dans la liste à côté de ‘sign’ votre nom avec à côté (Signature).
5. Crochez: ‘lock document after signing’.
6. Sauvegardez le document signé et donnez le code pin de votre carte ID si demandé.
7. Envoyez à pkristien[at]yahoo.fr.

 

Pourquoi signer?

CETA a été voté au parlement européen, flamand et fédéral. Il nous reste le parlement bruxellois, wallon et germanophone et Fédération Wallonie Bxl. Au parlement flamand, nous avons au moins pu retarder le vote avec une initiative similaire. Au parlement wallon, nous faisons actuellement la même demande. Nous voulons que Ceta revienne de nouveau un sujet brulant qui est médiatisé. Nos politiciens doivent d’une manière transparente ré-ouvrir le débat avec le citoyen.

Petit rappel : CETA est le traité de libre échange entre l’Europe et le Canada.
Un traité entre beaucoup d’autres traités de libre échange qui sont tout sauf durables. En ce qui concerne les normes, c’est bien un ‘race to the bottom’, ce qui tue notre économie locale. Nos entreprises locaux et notre agriculture durable et à petite échelle ne savent pas entrer en compétition sur ce grand marché avec des multinationales et l’agro-industrie. Sans parler de l’ineptie d’importer pe 80 000 tonne de viande canadienne en plus, à des prix contre lesquels nos producteurs ne savent pas se défendre… et leur proposer en échange d’exporter leur viande au Japon grâce au Jefta. Tout est fait pour accélérer le changement climatique.

Dans cette nouvelle génération de traités de libre échange, nous avons aussi l’ICS, l’ancien ISDS, ces courts d’arbitrages privé qui permettent aux multinationales d’attaquer nos états dans des courts de justice privés et exiger des millions, voir des milliard d’euros de compensation parce que nos gouvernements éditent des lois qui nuisent à leur profit. Si par exemple nos gouvernements vont (enfin) prendre de sérieuses mesures contre le réchauffement climatique, ils pourront nous demander des compensations pour la perte de leurs futurs bénéfices. Ceci est aussi valable pour l’augmentation des taxes (p.e. le taxe Tobin), ou l’augmentation des salaires minimum etc.

Actuellement à Anvers, DP world attaque l’état en courts d’arbitrage privé, grâce à un autre accord de libre échange bilatérale, parce que la ville d’Anvers a finalement décidé de ne plus élargir le port. Cette décision a été prise suite à une pression citoyenne. En tant que citoyen (et même en tant que média), nous n’avons pas droit de consulter le dossier, tant que le verdict n’est pas tombé. On nous réduit ainsi à un seul rôle : celui de payer. Une autre possibilité est que nos gouvernements cèdent à la pression des multinationales, et que la gouvernance de la démocratie est désormais dans les mains des multinationales et non des citoyens. C’est ainsi que beaucoup de ces cas ne sont même jamais médiatisés, tout se passe dans des chambres closes.

Après la crise financière de 2007-2008, on s’attendrait à une régulation du marché financier comme conseillée par la commission Stiglitz. Ceta amène une plus grande dérégulation du marché ce qui permet aux multinationales de ‘jouer au casino’ avec l’argent du citoyen : s’il gagne, les bénéfices vont au actionnaires, s’il perd, c’est l’état (et donc le citoyen) qui est garant et qui paie.

CETA est un traité de libre échange demandé par et dans l’intérêt des multinationales. Votre aide est dans l’intérêt de nous tous!!